AC ! Réseau - Agir contre le chômage et la précarité

Accueil > Des droits et des luttes > Cap vers l’entreprise : quand l’ANPE s’aligne sur le (...)

Cap vers l’entreprise : quand l’ANPE s’aligne sur le privé

vendredi 10 août 2007, par AC ! Ile de France

L’ANPE expérimente le dispositif "Cap vers l’entreprise", accompagnement renforcé de 46 000 chômeurs calqué sur les boites de reclassement privées.
Rmistes qui refusez de vous inscrire à l’ANPE voilà à quoi vous échappez. Travailleurs précaires et mal-payés, voilà peut-être comment arrivent vos nouveaux collègues.

logo cve

Depuis deux ans, l’ANPE et des boites privées (cabinets de placement, agences d’intérim...) se partagent le marché du "reclassement des chômeurs".

Depuis moins d’un an, l’ANPE expérimente (le mot est à la mode) le dispositif "Cap vers l’entreprise", ou CVE pour les intimes, dans 6 régions, dont l’Ile de France, le Rhône, la Loire, l’Aquitaine, la Drôme, l’Ardèche et la région de Grenoble. Pour l’instant, 46 000 places, apparemment surtout pour les "demandeurs d’emploi" présentant un "risque" de chômage de longue durée, sont prévues dans le dispositif CVE, dont deux mille chômeurs concernés en Midi-Pyrénées, seize mille en Ile de France.
Un agent ANPE définit ainsi le dispositif sur un forum : « Cap vers l’entreprise : dernier dispositif anpe créé pour concurrencer le privé (ingeus et ses copaines mandatés par l’unédic pour s’occuper des rmistes) qui a démarré hier, pour un an. 2 de mes collègues sont partis sur ce dispositif
 »

Des agents ANPE ont été spécialement affectés aux plate-forme CVE, sur la base du volontariat, et avec des conditions de travail différentes du reste des agents (l’ANPE n’a notamment pas respecté certaines procédures de recrutement concernant le niveau des agents).
On espère que ces agents ne seront pas trop secoués quand ces plateformes deviendront des filiales privées de l’ANPE, et qu’ils sauront mettre en pratique les inestimables conseils qu’ils dispensent aux petits veinards qu’ils sont chargés d’"accompagner" (autre mot à la mode, les précaires, c’est comme les enfants, il faut les accompagner jusqu’à la bonne destination, sinon ils risquent de se perdre en route, de ne pas prendre le bon chemin ou de faire l’école buissonnière...).

Les deux versions de Cap vers l’entreprise

La version officielle  : il s’agit de passer du « suivi des demandeurs » d’emploi au « coaching de candidats à l’emploi », avec pour objectif d’accélérer leur retour à l’emploi durable grâce à des modalités innovantes de prise en charge.
Cap vers l’entreprise, c’est encore mieux qu’une promotion sur un site de tour-operateur, il s’agit d’une « offre privilégiée », d’une « opportunité. »

La version de certains des principaux concernés  : infantilisation (rapports hebdomadaires des recherches, coups de fils quasi quotidien du référent, rappel à l’ordre...), culpabilisation, pressions pour que les chômeurs élargissent leurs recherches en dehors de leurs projets, tests de personnalité, enregistrements vidéo et auto-critiques...

Le principe même de l’accompagnement renforcé sous-entend que si les chômeurs ne parviennent pas à trouver du boulot, c’est avant tout qu’ils ne savent pas s’y prendre. Rien à voir avec la situation actuelle de l’emploi, le type de contrats proposés, le niveau des salaires, les formations de qualité qui se font rares, les milliards d’euros d’aide aux employeurs... Ni avec le manque de fric des chômeurs, les difficultés à se déplacer, les problèmes de garde d’enfants, les priorités familiales, les galères pour se loger ou se soigner.

Mais jugez par vous-même des formes "innovantes" que peut prendre l’accompagnement CVE... en attendant les résultats de l’enquête téléphonique que réalisera en février 2008 un institut de sondage privé (celui de la présidente du MEDEF ?).
Et n’hésitez pas à nous envoyer vos réactions, ou votre témoignage si vous êtes vous aussi dans le dispositif CVE !

Un aperçu des pratiques et des propositions de certains conseillers ANPE-CVE

- Relever les manches et agir avec enthousiasme

La chance ne sourit qu’aux esprits bien préparés
Louis Pasteur

Chacun vaut ce que valent les objectifs de son effort
Marc Aurèle

Vous avez souhaité que je vous accompagne pour relever le défi de trouver un emploi.

Dans un monde de compétitivité, il va falloir relever les manches et agir avec enthousiasme pour réussir. Le succès passe par une connaissance approfondie de ce que vous êtes (connaissance de soi et de vos talents), de ce que vous recherchez (connaissance de votre cible) ; poste visé et environnement professionnel.

Je n’accompagne pas des demandeurs d’emploi mais des offreurs de service dont le savoir, le savoir faire, le savoir être et le savoir vivre, constituent des atouts déterminants pour une entreprise dynamique et tout responsable avisé (e).

Notre travail va consister à progresser dans ces 3 axes pour que vous deveniez le (la) candidat (e) le (la) mieux préparé (e) qui deviendra le premier choix de l’employeur.

Je vous transmettrai régulièrement des mails avec des démarches à réaliser pour que la recherche d’emploi devienne un challenge à relever sans ennui et ne soit une situation subie avec résignation.

Bonne chance.

N.B. N’oubliez jamais que l’on a souvent les chances que l’on se donne.
Jefferson résumait ce constat en remarquant que plus il travaillait,
plus il avait de la chance.

N’oublions pas non plus que Jefferson, un des rédacteurs de la déclaration d’indépendance américaine, possédait plusieurs dizaines d’esclaves qui travaillaient sur sa plantation de tabac en Virginie...

- les chômeurs doivent rendre leurs devoirs à temps...

- Votre métier en 2015

Savez-vous ce que sera votre métier en 2015 ?

Si non, vous avez plusieurs solutions :
- le marc à café
- la consultation de Mme Irma
- ou scruter les ouvrages de Paco Rabanne ou de Nostradamus
à la recherche d’indices.

Vous pouvez ainsi espérer rencontrer un extraterrestre extralucide façon E.T.

Le plus simple et le plus économique consiste cependant à consulter le rapport « Les métiers en 2015 » document consultable gratuitement sur Internet sur les sites : www.strategie.gouv.fr et www.travail.gouv.fr et de rechercher les informations suivantes.

Quels sont pour vous les 5 principaux enseignements de ce rapport ?

Qu’avez-vous appris en ce qui concerne les projections de l’emploi dans votre famille professionnelle ?

Quelles seront les perspectives d’emploi pour une personne possédant vos qualifications ?

Que vous apprend la lecture des fiches par domaine professionnel concernant votre situation ?

Quels éléments de ce rapport pensez-vous pouvoir utiliser auprès d’un employeur pour le convaincre de vous embaucher ?

Parmi toutes ces informations, lesquelles avez-vous trouvé les plus surprenantes ?

- Votre accompagnement, vous le prendrez renforcé ou bien fliqué ?

- Des tests pour tous les goûts

From : (ALE PARIS GRAND PALAIS)
Sent : Thursday, August 09, 2007 11:30 AM

Conseiller-référent C V E Paris
18 rue Ramus
75020 Paris

Bonjour

Mieux se connaître est la clé d’une recherche d’emploi réussie.Voici quelques tests gratuits qui devraient vous permettre
De mieux identifier vos atouts.
Il ne s’agit pas de les prendre comme des informations gravées dans le marbre mais comme des outils d’aide à la connaissance.

Bonne découverte .
Cordialement.

Je vous propose de faire les tests gratuits suivants :

Un test gratuit de graphologie .Cela vous permettra d’avoir une idée sur le type d’informations qu’obtiendrait un
employeur s’il confiait votre lettre manuscrite à un graphologue.

http://www.institutdph.com/

Voici un test de personnalité réalisé par la société ma réussite.com

http://www.mareussite.com/lefigbilan.asp

Enfin voici un test sur les couleurs

http://www.testcouleur.com/

A partir de ces 3 tests retenez les points communs de votre personnalité révélés par 2 puis 3 tests.
Que pensez vous de ce diagnostique. ?
Que vous apportent ces informations pour mieux gérer votre vie professionnelle ?
Cela a-t-il par exemple modifié votre conception de vos atouts ?

Cordialement

Premiers témoignages

  • Un blog qui n’a pas comme sujet l’emploi ou la précarité, mais qui montre comment une chômeuse motivée s’est rendue malade de stress pendant qu’elle était dans le dispositif CVE (mais ça n’est pas la faute au dispositif, rien à voir) : http://www.polychromies.net/blog1, c’est le message du 12 mars 2007 intitulé "Retour"

Il ne manque plus que votre témoignage ! Et c’est parfois le premier pas d’une mobilisation pour le respect des droits et des projets de chacun.

Lire aussi : Cap vers l’entreprise ... ou vers la radiation ?

Messages

  • Bonjour,
    Grâce à votre site j’apprends que je suis engagée dans un CVE. C’est nouveau, ce truc-là encore. Je n’ai pas été plus surprise que ça par les rendez-vous qui se faisaient plus corsés mais je venais chercher sur internet des expériences de personnes qui vivaient la même chose que moi.

    J’ai d’abord été convoquée chez un sous-traitant : une femme qui m’a posé des questions pendant 30 minutes sans aucune réaction sur le visage, comme un mur. Je lui raconte en résumé 30 années de ma vie professionnelle et humaine. A la fin, elle me donne des devoirs à faire à la maison : première question : qui suis-je ? Est-ce que vous croyez que je vais après ce rendez-vous rédiger une composition philosophique sur mon for intérieur pour une personne que je n’ai jamais vue de ma vie. J’ai envoyé un message disant que je renonçais à l’ASS. Mais j’ai accompagné mon message d’un commentaire sur le déroulement du rendez-vous et je l’ai mis en pièce jointe pour l’agente de l’anpe qui m’avait envoyée dans cet organisme de remise sur pied. Je disais dans mon petit commentaire qu’on allait tout droit vers une société où toutes les femmes seront contraintes de faire garde-malades ou nounous. Finalement, pas de radiation. Je suis à nouveau convoquée à l’anpe au mois de juillet ; là, il ne s’agit plus d’une femme (tiens, bizarre !) mais d’un jeune vietnamien (genre futur dirigeant du médef). Il m’a réprimandée et a décrété tout seul que je devais suivre un stage de 3 mois pour regagner la motivation pour le travail. J’ai pensé "voilà 3 mois de gagnés", j’ai donc dit que c’était bien cela, que j’avais besoin d’une mise au point psychologique. C’est toujours 3 mois de plus pour mettre au point la stratégie la plus adaptée.
    Je connais bien la théorie selon laquelle il faut savoir ce qu’on veut au fond de soi, mais ce travail sur soi est un long processus intime et qu’en attendant, on n’a pas forcément de quoi manger et payer son loyer. C’est comme si, au temps de l’esclavage, on avait expliqué aux noirs qu’ils devaient se débrouiller pour changer de couleur... Pour devenir salariés, nous signons des contrats, et ensuite, on nous dit, vous l’avez voulu puisque vous avez signé de votre main. Tout cela est clairement une entourloupe pour contourner l’idée que nous serions des esclaves. Nous sommes bel et bien des esclaves à la solde du Médef et compagnie. Moi je dis, il faut faire de la résistance. Et si on faisait une petite manif genre anti-cpe à la rentrée ??? Je serais des vôtres, bien entendu.
    Theryca

    Voir en ligne : http://lafemmearchitecte.free.fr

    • Madame,

      je vous demande de faire remonter votre expérience déplorable à votre conseillère référente.
      Cap vers l’entreprise est une expérimentation, perfectible, qui débute déjà mal puisqu’elle ne recueille pas l’adhésion de la majorité.
      accompagner, ce n’est pas infantiliser, accompagner, c’est ensemble, comprendre les freins et y remédier, car personne n’est parfait et on a tous besoin d’aides
      la situation du marché de l’emploi : contrats précaires, sous aux employeurs, budget des formatiosn en baise... en quoi l’Anpe est -elle responsable de cela ? tiens, si ça se trouve, peut etre que l’Anpe est responsable de ce temps pourri que nous avons en région parisienne, non ?
      le but est bien de soutenir intensément le demandeur d’emploi, celui qui est isolé, sans réseau, sans techniques de recherche, sans moyens...
      mais encore une fois vous ne semblez voir que les expériences malheureuses et non pas celles qui ont fonctionnées...

    • Tu t’exprimes bien, tu veux lutter mais quand on te lit on constate ton racisme, ton hypocrisie, ta honte de devoir te justifier et après tu veux nous faire croire que tu es une révolutionnaire...

    • bonjour, je lis avec attention tous vos messages mais parfois je vous trouve un peu simpliste. Moi ma conseillère référente me prend pour une débile légère. Au début elle n’était pas contente car je n’avais pas d’entretiens. Donc elle me disait de refaire mon CV (déjà refait par 5 assos différentes), puis après alors que je n’avais pas changé d’un iota mon CV j’ai eu des entretiens (surtout parce qu’il y avait enfin des offres me correspondant tout simplement) donc elle était contente que le CV soit en relation avec les offres, mais elle ralait parce que pour elle "un bon entretien doit déboucher sur une embauche". Et là je m’esclaffe. si elle réponde ça aux 140 chomeurs dont elle s’occupe et qui ont des entretiens sans suite ça va chauffer. Moi elle me gonfle avec ses formules toutes préparées "l’important c’est votre retour à l’emploi" elle me le sort au moins 5 fois / entretien. elle m’a forcé à prendre un atelier "entretien d’embauche". Je dis forcée c’est vraiment le mot. Donc quand je j’aurais fait et que je n’aurai pas forcément le job à chaque entretien (comme les 49 autres candidates reçues comme moi puisque seule 1 sur 50 reçues aura le poste), que fera-t-elle ? CV, entretien... peutêtre changer mon physique, ma voix, la couleur de mes cheveux, peutêtre refaire mes seins on ne sait jamais c’est peutêtre à cause d’eux que les employeurs ne me sélectionnent pas puisque tout ça c’est très subjectif. En tout cas elle me fatigue et j’en ressors vanée. En plus elle me garde 1h car à chaque fois elle a un RV qui saute. j’ai hate d’avoir cet atelier entretien d’embauche car c’est sûr après je vais être embauchée tout de suite !!!

    • Je ne dit pas merci au CVE ! Il y’a 1an après plusieurs mois de recherche de boulot , rien et toujours rien ma conseillère Pole emploi me propose un tout nouveau suivi le fameux CVE . Le premier rendez-vous est une réunion collective ou on nous explique le principe de ce suivi .... puis viennent les nombreux rendez-vous ( en général 2 par mois ) , compléter mon super dossier de recherche , un mail a envoyé chaque vendredis pour expliquer mes recherche .... A chaque rendez-vous je dois recommencer mon CV ( jamais au gout de ma conseillère ) et a chaque fin de rdv elle me sort les annonces susceptibles de m’intéresser mais que j’ai déjà vu le matin même sur le site de Pole-emploi , expliqué comme une enfant toute mes recherches , participé aux nombreux ateliers ( d’1 ou 2 jours pour lire des brochures ) ....
      Puis après 2 mois ma conseillère me propose de partir vers une autre branche , pas du tout ce que je recherche mais la je suis quasi sur de trouver un poste ! Je lui fais comprendre que je ne serai pas vraiment a l’aise dans le commerce mais elle estime que je m’exprime plutôt bien et que sa peut être bénéfique ( " Remettre un pied à l’étrier " ) , elle prend contact avec une agence de recrutement privé qui accepte de me recevoir , le lendemain j’ai rendez-vous avec cette fameuse agence qui me propose un rendez-vous avec un employeur pour la semaine d’après .......
      J’ai désormais un boulot , j’ai 24ans , un cdd de 9 mois dans le commerce , de l’expérience dans le social , un anti-depresseur et un somnifère a prendre chaque jour .
      Je ne dit pas merci CVE et encore moins a ma conseillère !

  • Bonjour,

    tout d’abord, je trouve Excellent le dispositif de l’ANPE "Cap vers l’entreprise", accompagnement renforcé.

    ***Enfin, un dispositif "Eficaz" !

    J’ai trouvé un emploi(CDD 6 mois) ! en moins de 3 mois (Je commence demain !, avec la grève...?), grâce à l’Agence "Cap vers l’entreprise", de Gambetta à Paris.

    En 2007 : Mondialisation...Il vaut mieux un CDD... : que rien !

    Cordialement

    • ton post,

      on dirait une pub.
      i
      Il vaut mieux un coup de matraque qu’une balle dans la tète, un hotel mteux qui brule, qu’une tente ou l’on meure gelé. C’est pire ailleurs alors acceptez les coups de fouets. La logique est imparable, le raisonnement spécieux par exelence.

      Pourquoi c’est toujours aux pauvres et au faibles de tout accepter ?

      tant mieux pour toi si ton CDD de 6mois te comble au point de vennir le vendre ici. Au fait tu serait pas engager à l’ANPE ?

      A mediter

      ROLF

    • En 2007 : y’a plus que des CDD !!!

      Si tu avais obtenu un CDI, j’aurais pu trouver ce dispositif réellement "efficace". Mais là, sans commentaire !!

    • Une seule personne c’est peu, mais faut un début à tout... non t’as raison les patrons c’est trop des méchants qui pensent qu’à exploiter les pauv’ salariés qui sont des victimes. Quelle puissance dans l’analyse ! t’aurais pas fait socio par hasard ?

      merci pour la leçon d’ortographe

      hé trop crado ton histoire de vaseline... tu m’as l’air bien au courant

    • Faut un début à tout effectivement, et principalement à cette nouvelle forme de suivit autoritaire qui devrait s’étendre durant les prochaines années. Je comprend que l’on supporte mal de voir sa petite autorité remis en cause par la lie de la société, c’est à dire les chômeurs. Vous espériez surement que tous changerais, que nous nous estimerions vaincu et nous tairions lorsque votre idole a été élu. He bien non la résistance risque de vous causer encore pas mal de soucis. Quand au patronat point n’est besoin de circonvolutions et d’analyses détaillées pour connaitre leurs intérêts, de même que les salariés savent très bien à quoi s’en tenir. Notez que la sociologie à pour point de départ des gens qui justement tentaient de comprendre les interactions entre les individus et les groupes d’individus. Le concept de classe sociale et ce qui en découle, la lutte des classes, est justement une découverte de la sociologie.
      Elle a mit des mots sur des situations d’exploitations existantes, mais sans elle, luttes et exploitations existeraient et surgiraient à la conscience de chacun malgré tout. Vous confondez probablement avec une autre forme de sociologie dont vous devez être un adepte et qui consiste à analyser le comportement des masses pour pouvoir ensuite manipuler l’opinion, savoir jusqu’où on peut aller sans qu’il n’y ai d’insurrection etc...

      PS : Pour l’histoire de la vaseline, je suis personnellement très au courant, et c’est beaucoup mieux au début (après un simple crachat suffit).

      PS2 : j’imagine que vous cachez vos talents d’analyste et qu’ils ne se résument pas à une banale discussion de comptoir ou il serait dit que le patronat crée des emplois et qu’en France il a beaucoup de mal à s’en sortir vu les règles qu’on lui impose etc. Allez réviser les œuvres complètes d’Alain Minc si tel est le cas, vous aurez alors quelques arguments à nous opposer.

    • après la leçon d’orthographe, le cours d’histoire, merci beaucoup.

      étonnant cette façon que vous avez, dès qu’on ose avancer un avis qui ne va pas dans votre sens, de vous indigner et de crier au facho. petite précision : notre actuel président est loin d’être mon idole et je ne suis pas un méchant patron à la recherche d’individus à exploiter (ce qui arrive, on est bien d’accord) mais moi aussi précaire et inscrit à l’ANPE (tiens, si je demandais un suivi CVE ?).
      marrant de voir que dès lors qu’on essaie d’introduire des nuances, on est forcément du côté des patrons (ma "petite autorité", j’en ris encore). il ne faut pas simplifier. tous les conseillers ANPE ne sont pas là que pour faire du chiffre, il y en a des bons et des mauvais. Le marché du travail évolue vers plus de précarité, ok, les salaires sont de plus en plus minables, d’accord aussi. mais qd une chômeuse est contente d’avoir trouver un CDD grâce à CVE et qu’on lui dit qu’elle colabore, je trouve ça indécent.

    • Ah, vous êtes un kapo alors ?

      Biensûr, des gens trouveront un boulot avec ce dispositif. Mais ceux qui acceptent le job qu’on leur propose, le font aussi sous la pression de leur conseiller, pour ne plus l’avoir sur le dos. Il y a aussi des gens ravis d’accepter les miettes, comme la personne dont vous nous parlez. Enfin, il y a les gens comme vous qui s’offusquent de voir d’autres lutter pour leurs droits, comme si on vous empêchait d’être de bons esclaves.

      Vous n’avez jamais suivi de CVE, vous ne savez pas de quoi vous parlez. Moi si. Et apparemment, je ne suis pas la seule à dire que ce dispositif est agressif et autoritaire. Relisez les témoignages ! Ce n’est pas parce qu’une personne a trouvé un CDD (elle ira loin dans la vie avec ça !) que ce dispositif est super et que je crierai au miracle. Je n’irai pas me prosterner aux pieds du grand Mr Charpy en le suppliant d’accepter mes plus plates excuses pour avoir dit du mal du CVE. Certains de ses agents sont des sauvages qui vous humilient et vous cassent dès le 1er entretien. Ils ont reçu pour ordre de se débarrasser des chômeurs longue durée, quelque soit la méthode pourvu qu’elle soit efficace. Et comme ils sont volontaires...

      Quoiqu’il en soit, l’ANPE devrait donner des résultats du CVE au printemps. On verra bien ce que ça donnera. Mais je serais curieuse de voir l’état mental des chômeurs à la fin du dispositif.

    • Pourriez vous me préciser ce que vous appeler nuances ? Le bonheur sans nom d’avoir un CDD devrait il compenser la façon dont on traite les chômeurs ? Le fait de jouer la modération en voyant dans chaque agents et demandeurs d’emploi des spécificités (gentils, méchants, etc...) propres à chaque individus. En l’occurrence il ne s’agit pas de mettre devant un tribunal agent ou chômeurs mais de dénoncer une politique de flicage et de pression par une institution.

      Et pourquoi effectivement ne demandez vous pas un suivi dans ce dispositif que vous semblez appréciez sans même le connaitre ? Vous nous donneriez justement votre critique qu’elle soit négative ou positive.

      Le travail n’est pas le but ultime de chacun mais pour la plupart une manière de survivre. Certains, semblent faire du une sorte de culte qui dépasse la simple logique. "Peu importe le flacon tant qu’on a l’ivresse" devient pour eux "peu importe les conditions tant que l’on a le travail". Une forme de sado masochisme à échelle nationale.

    • vous dites que le travail n’est pas un but ultime pour chacun et je peux partager votre point de vue l’inscription sur la liste des demandeurs d’emploi suppose que vous recherchez un emploi rien ne vous y oblige à partir de ce moment là vous devez faire cette démarche ou accepter que l’on vous aide à y parvenir. le dispositif cap vers l’entreprise est un dispositif qui aide vraiment les demandeurs d’emploi à rebondir si vraiment c’est dans leurs objectifs. Le travail de "l’anpe" c’est dabord une relation de confiance qui s’établie entre 2 individus (le conseiller et le demandeur) n’oublions pas que lorsque l’on est en activité on est forcément aussi astreint à des regles de fonctionnement et bien là c’est pareil , les agents de l’anpe ne sont pas "les flics de l’emploi" et travaille souvent avec peu de moyen font leur maximum même si la plupart du temps ils sont considéré comme des pushing ball les gens viennent souvent déverser leur rancoeur pour leur situation ou la situation du marché de l’emploi sur l’anpe n’oublions pas que les conseillers à l’emploi ne sont pas des magiciens ! cap vers l’entreprise peut et fait la différence vous serez surpris des résultats.

    • Mdrrrrr !
      Un dispositif efficace ? Mais laisse moi rire. Le premier RDV anpe que j’ai eu (au bout du troisième mois d’inscription) à déboucher sur mon entrée dans le dispositif du CVE. Alors d’un contrairement à l’anpe, le CVE est souvent hors de ta ville, donc tickets de bus ect... Ensuite, il te foute la pression, comme si tu ne l’avais déjà pas. Il veulent que tu soit a l’a fut de je cite "TOUT et N’IMPORTE KOI" alors que je sait ce que je veut et peut faire. Il te prenne pour un enfant résumer des recherches chaques semaines, tests de compétences, et envoi d’au moins 1 candidatures spontanées par jour. Entre ticket de bus, timbres au autres que reste t’il au chômeur. En plus me conseillère référente ma mis la pression pour vite refaire mon cv, lui envoyer la copie de ma lettre de motivation et que je devais attendre son avale pour l’envoyer au entreprise je n’est toujours pas de réponse et cela fait plus d’un semaine.

    • J’ai rendez vous demain pour une convocation "cap vers l’entreprise", et j’aimerais savoir si ce concept est obligatoire ou si je peux après la réunion d’accueil exprimé mon souhait de rester avec mon agence local. J’imagine qu’il y a peu de chance que quelqu’un me réponde d’ici demain, mais je ne trouve absolument aucune info sur le net à ce sujet.

    • Ce dispositif n’est pas obligatoire, du moins sur le papier. Vous devez signer un engagement au terme de ce rendez-vous qui précisera si oui ou non vous souhaitez suivre cette prestation.

      donc en principe entrer dans ce dispositif se fait sur la base du volontariat. Bien entendu les gens dirigés sur CVE n’en sont que rarement informés. De plus il faut se méfier de l’ANPE qui pourrait vous emmerder pour "refus de prestation". Ce dispositif étant encore experimental, il ne devrait pas vous soumettre à une radiation en cas de refus. Cependant l’ANPE est actuellement prête à tout pour faire baisser les chiffres, et joue sur le désinformation des allocataires et sur son pouvoir de décision difficile à contester hormis collectivement.

      Cette prestation s’avérant particulièrement éprouvante et infantilisante, vous risquez d’être rapidement radié si vous ne vous pliez pas à leurs exigences (qui peuvent allez très loin en terme de perte de temps) sans compter les pressions que vous subirez. Donc mieux vaut ne pas vous y engager et rester en suivi mensuel classique. dans le cas mystérieux ou cette prestation vous intéresserait, au terme du rendez-vous ne signez pas tout de suite, demandez un délai de quelques jours pour réfléchir.

      Si vous avez un quelconque problème à la suite d’un refus contactez un collectif de précaires.

    • je sais qu’une fois les rdv passés, surtout si tout s’est passé comme on le souhaite, on ne pense pas forcément à revenir mettre un petit mot sur le site pour dire comment ça s’est passé, mais dans ce cas précis, si vous repassez tenez nous au courant.
      j’ai rendez-vous pour CVE dans 4 jours, je compte également refuser de signer (si possible refuser tout court et revenir vers une anpe locale, sinon refuser temporairement et revenir accompagnée pour rencontrer les responsables de CVE et leur expliquer en quoi mon projet professionnel ne colle pas avec leur dispositif)
      mais du coup j’aurais aimé savoir si vous avez pu refuser sans souci le dispositif ou si vous êtes en latence...
      merci d’avance pour votre réponse...

    • Quand je vois la somme de conneries qui sont énoncées ici, ça me fait peur... je peux en parler puisque je suis conseiller CVE. La pression, comme vous dites, est résumée en une petite phrase au D.E. : je suis là pour vous aider à retrouver un boulot et c’est tout ... Aprés, en ce qui me concerme, j’essaie d’instaurer une relation de confiance avec le demandeur et puis faut arrêter de dire n’importe quoi : les méchants c’est les agents ANPE et les gentils c’est les D.E. Y ’a des cons partout, en agence comme chez les chômeurs ! qu’est ce que vous croyez, j’ai été aussi demandeur d’emploi, je sais ce que c’est de galérer, d’être tout seul dans son coin pour chercher du boulot. Alors que franchement, dans la plupart des cas, une simple écoute, un petit coup de pouce et la personne est remise sur les rails, est motivée et surtout se sent moins seule. Alors bien sûr le système n’est pas parfait, loin de là, mais dans toutes les critiques que j’ai lues, je n’ai vu aucune proposition pour amèliorer le bouzin... Ras le bol de toujours taper sur les mêmes.... Par contre, personne ne parle, dans le cadre de CVE, des rendez manqués, quand le conseiller CVE se tape 150 bornes pour venir faire une permanence plus proche du domicile des demandeurs d’emploi et que ceux ci ne viennent pas et surtout ne daignent même pas vous appeler pour leur absence (pourtant, on leur file notre numéro perso sur le portable), ça , ça gêne personne... Excusez moi de m’être emporté mais là, c’est bon, plein les bottes de toujours porter le chapeau... Faites des propositions, on pourra en discuter...

    • Il existe une grande différence quand vous tomber sur un chômeurs con et quand vous tomber sur un conseiller con. Ce dernier ne sera pas privé de salaire et à hiérarchiquement le pouvoir sur le chômeur.
      Il est certain que la situation des agents ANPE n’est pas rose, mais si ils daignaient aller contre la politique actuelle que l’on tente de leur imposer ils seraient rejoint par bon nombre de chômeurs.

      Quand au fait de ne pas prévenir, et bien quoi ? Cela vous fait une un peu de temps pour vous, c’est tout. Pour le chômeurs c’est deux mois sans revenus. Rappelons que les RDV sont obligatoires et que cette obligation constitue en soi une mal politesse et une indignité qui mériterait plus que deux mois sans revenus.

      La majorité des chômeurs cherchent malheureusement du travail, question de survie ou autres. Je ne vois pas en quoi le système punitif des radiations va les aider, ni les rendez-vous régulier avec quelqu’un qui fait un boulot tout aussi inutile que celui qu’il trouvera lui même.

      D’autres chômeurs, beaucoup plus rares, n’ont aucune intention de bosser et compte bien profiter de l’ARE jusqu’au bout (comme moi). Il est alors facile de vous mentir, de répondre à de fausses offres d’emplois et de donner une apparente autonomie dans ses démarches permettant de vous faire lâcher la pression.

      Et quand l’ARE est terminé je travail jusqu’à pouvoir la retoucher, ne comptant pas me faire exploiter par un système plus qu’il n’en faut pour survivre.

      Il n’y a pas de solution punitive valable puisque de toute manière ce n’est pas l’ANPE qu’il faut remettre en cause ni ses agents et encore moins les chômeurs, mais l’ensemble d’un système qui va droit dans le mur et génère de la précarité à des fins électorales et économiques. Ce n’est donc pas à l’intérieur d’un système qu’il faut détruire qu’un changement mineur améliorera la situation.

    • vous savez parfaitement que les radiations administratives de l’ANPE ne représentent que 5% du total des déinscriptions. Alors arrêtez de nous faire passer pour des flics, on est pas là pour ça et la plupart des conseillers " de base " vous dira la même chose. La formule " vous vous en foutez, vous avez un boulot, vous..." , on me l’a resservi des dizaines de fois, alors une nouvelle fois, je vous prie de m’excuser d’avoir réussi le concours de l’agence, je l’ai pas fait exprés.... Pour revenir aux rdv obligatoires sur CVE, c’est encore faux : évidemment qu’il faut se voir de temps en temps mais si la personne ne peut pas venir pour X raisons, il suffit qu’elle nous appelle (je vous rappelle que sur CVE, les conseillers sont joignables sur leur portable...) et on refixe un rdv. En ce qui concerne la politique actuelle, vous ne devez pas vous tenir au courant de l’actualité car des mouvements ont eu lieu pour justement lutter contre la fusion assedic-anpe et le fait que l’agence reste dans le domaine du service public. Et une fois de plus, je ne vois aucune proposition concrète pour améliorer la situation actuelle. Ce qui me gêne dans votre discours, c’est que vous profitez du système (c’est vous qui le dites !!) et en même temps, vous le descendez en flèche... y’aurait pas comme une contradiction ????

    • De toute façon il n’y a pas d’emploi et le peu existant sont des boulots précaires ou vous bosser pour gagner que dalle. Que vous ayez réussi le concours d’agent m’importe peu, je ne reproche à personne de travailler, par contre on peut reprocher à certains l’esprit corporatiste. L’ANPE et par extension CVE ont une politique basé sur le contrôle et non plus sur l’aide au demandeur d’emploi. Voila une proposition plutôt simple, aider ceux qui souhaite travailler à accomplir leur projet dans les meilleurs conditions possibles, sans contrôles.
      Si certains vous servent le coup du "vous vous en foutez, vous avez un boulot, vous" aux chômeurs c’est à longueur de rendez-vous et de journaux télévisés, sans parlez des relations familiales et amicales qui vous assène votre feignantise, vos devoirs de chômeurs sous prétexte que vous gagnez quelques euros sans travailler. Pourtant pour avoir ces euros il a fallu bosser, c’est toujours bon a rappeler. Et pour la majorité bosser dans des boulots de merde sous payés. Donc ces quelques mois de répits que l’on pourrait s’offrir sans des contrôleurs zélés, ne sont pas grand chose comparés aux profits que se font les grandes entreprises engendrent grâce à la précarité.

      Et si les agents ANPE ne sont sont pas capable de refuser une politique de contrôle, c’est aux chômeurs de le faire.

      Pour le système duquel je profiterais, j’ai entendu ça de nombreuses fois (vous voyez les clichés sont dans les deux sens). Il me semble pourtant que refuser de faire un boulot nuisible et ne rien faire quelques mois est cent fois plus utile socialement que de mener une politique de répression envers une population ou d’aller fabriquer toute sorte d’engins nuisibles écologiquement ou socialement. Je ne mourrais pas de faim, ni finirais mes jours en prisons (qui serviraient également le système) pour aplanir ce que vous estimez être une contradiction.

    • Quand je lis que de toute façon, il n’y a pas d’emploi, la messe est dite.... que répondre ??? Evidemment qu’il n’y a pas de travail pour tout le monde, on le sait depuis longtemps mais honnêtement, et sans aucune démagogie, vous ne pensez pas qu’il est beaucoup plus inquiétant à l’heure actuelle qu’un mec qui bosse s’en sorte plus difficilement qu’un mec qui ne bosse pas... Vous trouvez ça normal ?? Alors vous allez me répondre : mais alors pourquoi faites vous ce métier ?? Tout simplement parce que je crois encore en l’être humain et que malgré tout, on arrive, de temps en temps, à sortir quelqu’un de sa merde et ça, ça n’a pas de prix. Les clichés sur les mauvais patrons qui se font des bénéfices faramineux sur le dos des ouvriers, cela représente une partie infime. Le nombre de petites PME qui se battent pour s’en sortir, ça oui, malheureusement, ça existe ... et comme dirait l’autre, la vie est un long fleuve tranquille... à condition de savoir nager ....

    • quelques infos glanées lors de mon rdv à cap vers l’entreprise :

      lors de la présentation la conseillère a expliqué que ce dispositif ne concernait pas les personnes qui souhaitent travailler sur la création d’entreprise ou suivre une formation.

      ce qui fait que ceux qui créent une entreprise, ceux qui sont en formation ou souhaitent suivre une formation ont une bonne raison, suffisante (au moins pour l’instant), pour refuser ce suivi.

      enfin, ce dispositif a pour objectif de trouver en moins de 6 mois (le suivi cap vers l’entreprise ne dure que 6 mois, ensuite je crois qu’il peut être renouvelé une fois pour une période de 3 mois) au minimum un CDD de 6 mois à chaque demandeur d’emploi suivi par cap vers l’entreprise. il y a donc là une autre piste pour celles et ceux qui ne souhaitent pas rentrer dans un tel dispositif (et qui peut être invoquée par davantage de monde que les deux précédentes raisons) : dire qu’elles et ils sont à la recherche d’un CDD de 5 mois maximum.

      pour le moment, ils semblent relativement ouverts : sur 9 demandeurs d’emploi présents à cette présentation collective, on était 2 (au moins -après la présentation collective, y a des entretiens individuels, et du coup, je ne sais ce que ça a donné pour l’une ou l’autre des personnes peu intéressées, mais qui semblaient avoir plus de mal à trouver de bonnes raisons pour refuser ce suivi) à affirmer ne pas être concernés par le dispositif et à en être effectivement sortis.
      donc pas de panique !

    • Et voilà, encore une personne qui va cracher dans la soupe en disant que l’ANPE ne lui propose rien ... par contre, ce seront les mêmes qui viendront gueuler au guichet ou sur ce type de forum et hurler contre le système ... " je comprend pas, vous ne faites rien pour moi, vous ne me proposez jamais rien, ... " chanson qu’on entend tous les jours et qui, à force, commence à nous gonfler. Et ce seront encore les mêmes qui iront pleurer auprés des élus... Pour une fois qu’un dispositif, aussi perfectible qu’il soit, est en mesure au moins d’écouter les personnes, de prendre le temps de comprendre leurs difficultés, d’essayer, dans la mesure du possible, de trouver des solutions et non pas, comme dans les agences "classiques", faire de " l’abattage ", ben non, c’est encore pas bien et en plus, on nous donne les solutions pour y échapper. C’est bien, continuez, mais alors, au moins, fermez la et restez dans votre merde...

    • Vous accusez les gens de n’être jamais satisfaits et de cracher sur les dispositifs de l’ANPE, j’entends bien.

      Mais que dire de vos propres propos : à savoir qu’un mec qui bosse s’en sort plus difficilement qu’un mec qui ne bosse pas !!

      ça veut dire quoi ?? que toucher les minima sociaux est bien mieux que toucher un vrai salaire ??
      Mais quel salaire ?? un si misérable, qu’effectivement en travaillant, ils peuvent encore moins s’en sortir ??

      Je pense avoir saisi le sens de vos propos mais faites un peu attention à la formulation. ça peut prêter à confusion.

      Des râleurs, des gens qui ne veulent pas s’en sortir, y’en a partout ! je suis dans l’insertion jusqu’au cou. En Contrat Avenir dans une association qui propose une aide à la mobilité aux précaires ayant des difficultés à se déplacer vers des emplois en horaires décalés ou trop excentrés pour les transports en commun.
      Il y a ceux qui nous bénissent d’exister et ceux qui espèrent que nous ne puissions pas les aider, merveilleuse excuse pour refuser l’emploi ou la formation.

      Quand tout va bien, on n’a pas besoin de venir hurler au guichet ou de venir s’épancher sur ce genre de forum. Vous devez bien comprendre que la précarité engendre amertume, sentiment d’abandon et d’injustice. Alors forcément, vous allez trouver beaucoup plus de messages contre ce dispositif que favorable.
      Mais c’est pas en leur disant de rester dans leur merde que vous allez les réconcilier avec l’ANPE.

    • Bonsoir,

      Ah quel monde merveilleux , n’est ce pas, qui mériterait bien qu’on "ferme notre gueule " comme nous y invite si poliment ce conseiller ANPE dont on imagine, au regard de ses messages, de quelle capacité d’écoute il doit faire preuve avec les demandeurs d’emploi...

      Monde merveilleux, ou à l’ANPE, les conseillers eux même parlent désormais d’"abattage ", et assument que les chômeurs qui réagissent les "gonflent".

      Monde magnifique ou pour le bonheur des employeurs, des précaires se retrouvent à bosser en contrat précaire pour financer les déplacements professionnels d’autres précaires, contraints eux d’aller taffer de plus en plus loin, avec des horaires de plus en plus merdiques...

      Mais chut, taisons nous, fermons ce site, chômeurs rebelles, le seul rêve admis désormais, c’est de devenir soi même agent ANPE, conseiller d’insertion et de pouvoir enfin satisfaire son ego ( à défaut de son estomac ) en ayant nous aussi cette petite miette de pouvoir qui nous permettra de regarder les autres chômeurs de haut, de juger de leur motivation , de leur qualité de bons demandeurs d’emploi ou de sales fainéasses profiteuses.

      Finalement, les banderoles des crétins du PSG ont au moins le mérite de la franchise, contrairement à tous ces messages émanant de gens soi disant là pour nous aider, mais dont les jugements de valeur ne sont au fond pas bien différents de ceux de cette fameuse banderole, en plus faux cul.

    • j’ai toujours adoré les donneurs de lecons qui nous prennent de haut sans jamais rien proposer... Mais faites donc des propositions, on demande pas mieux. Ah, les chômeurs faignasses, les agents qui se foutent des chômeurs, les patrons qui se remplissent les poches, ... on se croirait sur TF 1... Mais venez faire un tour à CVE, vous verrez si on ne prend pas le temps d’écouter les personnes en grande difficulté, si on ne démarche pas les entreprises,... y’a même des chômeurs qui nous remercient, dites donc (si, si, ça existe !!!) et beaucoup plus que vous ne croyez.... Par contre, le mec pour qui vous êtes allé rencontrer un emplyeur potentiel, à qui vous avez certifié que la personne que vous suivez dans le cadre de CVE est la meilleure, etc... et qui ne se pointe pas à l’entretien d’embauche (pourtant un cdi temps plein avec un salaire motivant, non, non, pas un contrat précaire ni mal payé et pas à 50 bornes du domicile, non, non, un vrai contrat...), alors ça, on en parle pas... mais c’est pas grave, le conseiller est grassement payé pour ça et en plus, y passe pour un vrai con auprés de l’entreprise... Oh pardon, j’ai une fois de plus été malpoli... C’est tellement facile de toujours critiquer sans toujours rien proposer : en vérité, je me demande qui est le plus faux cul des deux !!! Bon sang, descendez de votre nuage et venez sur le terrain : vous verrez si on ne se bagarre pas pour sortir une personne de la précarité, vous croyez que ça nous amuse quand on a rien à proposer à une gamine qui n’arrive plus à payer ses factures (pas plus tard que ce matin...), que vous passez une dizaine de coups de fils sans aucun résultat, vous croyez vraiment qu’on en a rien à foutre ??? Ben non, désolé... Si c’est ça être faux cul, alors oui, sans problème, j’assume...

    • Je ne comprends pas une chose, je sors de mon premier rendez vous avec l’ANPE de suivi personnalisé et hier j’ai eu une réunion avec l’Afpa ( c l’anpe qui m’a inscrite a la reunion ) car étant dîplomée dans le tourisme, le marché dans mon secteur étant quasi inexistant en gironde, je devais voir pour suivre une formation de secrétaire en septembre.
      En attendant j’ai bien dit à la conseillère ( je suis inscrite depuis 2 mois et demi) ce matin que je souhaitais me requalifier, si une entreprise par exemple pouvait me former tout en m’embauchant comme secretaire etc...elle m’a repondu que ce n’était pas possible et qu’elle m’envoyait directement au CVE ( pour résumer ). Que j’allais suivre une réunion pour apprendre à mieux me vendre, au vu des différents témoignages je ne suis pas sure qu’elle m’est tout dit. Je ne suis pas une demandeuse d’emploi en grande difficulté ( chômage depuis moins de 3 mois ) alors pourquoi m’avoir inscrite dans ce groupe pour trouver un emploi d’agent de voyages au plus vite alors que je lui ai bien stipulé que je ne souhaitais pas faire ça, car en étant secrétaire j’ai beaucoup plus d’opportunités d’emploi et d’évolution. Quelqu’un pourrait il m’expliquer car visiblement cette dame ne m’a pas du tout entendu...

    • Bonjour,

      Cette conseillère n’a pas à vous inscrire dans un dispositif sans votre autorisation. Le CVE est pour les chômeurs de longue durée et sur la base du volontariat. Renvoyez-la à la charte du CVE ! Apparemment, soit elle n’en sait pas grand-chose, soit elle espère que vous n’y connaissez rien. Et comme elle a dû constater que c’était le contraire, ça l’ennuie et elle fait la sourde oreille. Donc, en cas de menace, demandez à voir sa direction (allez-y accompagnée si vous le pouvez ; c’est un droit, ça aussi) et insistez sur le fait que vous n’êtes pas volontaire mais que vous êtes parfaitement autonome dans vos démarches. C’est ce que j’ai dit à leur direction et ils m’ont lâché la grappe.

      Bonne chance !

    • Oui CVE est sur la base du volontariat mais ce n’est pas pour les chômeurs de longue durée. Au contraire c’est un dispositif de prévention du chômage de longue durée et non de traitement du chômage de longue durée.

    • Bonjour, je voulais savoir si avoir le souhait d’apprendre le français peut etre considéré comme une formation. En effet, mon ami qui s’est présenté à son 1er entretien d’ANPE s’est vu proposé un accompagnement CVE. La conseillère lui a fait comprendre qu’il etait obligé de s’y rendre. Or, il ne parle pas bien le français (il connait seulement le vocabulaire nécessaire à son emploi), et surtout, il ne sait pas lire, ni écrire le français. Je viens de lire l’intégralité de ce forum, et je me rend compte qu’il sera impossible pour lui d’accomplir tous les "devoirs" du CVE, et donc il risque de se faire radier puisqu’il ne pourra pas les faire. Alors comment faire pour refuser cet accompagnement sans en être pénalisé ? Il souhaite apprendre le français, mais je ne suis pas sûre que ce soit considéré comme une "formation" ... puisque ce n’est pas un métier.

    • Bonjour,

      Je suis bien placée pour savoir que des conseillers sont à l’écoute, moi j’ai évité la radiation grâce à une conseillère qui est montée voir le directeur pour lui signifier que j’étais sérieuse et que je cherchais du travail. Mais certains autres nous mettent une pression insupportable, nous culpabilisent. Moi, je ne sais pas comment je vais m’en sortir. Plus je patauge dans le système, plus on me donne de conseils, plus on veut soi-disant m’aider, plus je déprime, plus je vois le fond, plus je me sens comme une merde, coupable d’être une misérable. Quand je travaillais, j’entendais toujours parler des chômeurs comme des feignants, et que si ils voulaient bien, ils trouveraient, etc. etc. et.
      Je n’ai personne. Je ne conduis pas. Je voudrais me recycler mais il faut faire un stage avant un stage, avec des intervenants interchangeables qui reprennent à chaque fois tout du début, qui font des critiques contradictoires alors qu’il me faudrait seulement connaître la liste des formations disponibles à court terme dans mon périmètre que je choisirais moi-même, habitant une petite ville et étant maman d’une petite fille, je peux vous dire que les choix seraient restreints, mais non... Je sais ce que je veux et je sais ce que je veux pas. Je sais ce dont je suis capable, c’est pas eux qui vont me l’apprendre. Ils sont la preuve vivante qu’ils se sont trompés de voie. Et j’en ai marre de subir les critiques de ceux qui s’engraissent sur notre dos.

    • Bonjour,
      Si je propose quelque chose moi... faire confiance aux chômeurs, leur apporter soutien et logistique s’ils en expriment le besoin, leur proposer et ne pas leur imposer, détecter les ras le bol des conseils, des ateliers, des propositions "indécentes" d’EMT, de contrats aidés à des personnes en pleine possession de leurs compétences. Je vais dire aux conseillers que la plupart des chômeurs, d’autant plus en longue durée, n’ont pas besoin qu’on les motive à trouver un emploi, c’est leur compte en banque qui leur dicte. Et avec la honte qui les ronge, la culpabilité qu’on leur inflige, ils ont hâte de retrouver un emploi digne de ce nom. Pour trouver un emploi, ce n’est pas encore sûr, j’ai passé le cap de l’entretien, j’attends la réponse, mais j’ai dû franchir le cap de l’anpe qui filtre de manière outrancière les candidats potentiels à l’offre proposée. Je mens, je dis que je suis mobile alors que ce n’est pas le cas par exemple. Après, je m’arrange avec l’employeur, ma personnalité fait le reste... Je suis contre le moule qu’on nous impose, nous ne sommes pas des numéros, des recopieurs de lettres et cv types...

    • Le filtrage de l’Anpe, j’en sais quelque chose.

      Impossible de répondre à une annonce ! pourtant, une secrétaire, une assistante a toujours le même travail partout, c’est juste le secteur d’activité qui change.

      Et c’est là que ça coince. Chaque annonce précise : expérience dans la branche exigée.
      Le mot magique, exigé !, qui fait que vous êtes impitoyablement refoulé.

      Avant de décrocher mon contrat précaire, par mes propres moyens, jamais une réponse à mes candidatures Anpe. Quasiment toutes revenues, au motif : pas l’expérience demandée (dans la branche, bien sûr), ou poste déjà pourvu (mais l’annonce, elle, restait affichée pendant des semaines encore).

      Mais, par contre, rien n’est exigé lorsqu’il s’agit de vous refourguer aux employeurs esclavagistes, aux ateliers bidons, au travail gratuit, bref à la précarité.

    • Alors fais comme moi... enfin comme je fais maintenant, je ne m’embête plus, si un boulot m’intéresse particulièrement, j’essaie de passer le filtre de l’anpe, autrement dans 5 ans on y sera encore !!! S’il faut embellir quelque peu la vérité, il ne faut pas hésiter. Un conseiller anpe exécute à la lettre les restrictions demandées par le recruteur, mobilité, expérience dans la branche justement, diplôme bac + 2 ou + 3... Le vrai recruteur lui sera peut-être plus sensible à la motivation, à la personnalité du postulant une fois en face de lui, que l’exécutant passif de l’anpe qui obéit aux désirs des employeurs. Il y a une autre chose qui m’étonne à l’anpe, c’est le nombre d’annonces soi-disant annulées ??? Les conseillers ne vérifient pas le sérieux de ces annonces avant de les diffuser ?

    • Jérémy, nouveau chômeur

      Bonjour,
      J’ai été aujourd’hui à mon premier rendez-vous à l’anpe, et ma conseillère m’a immédiatement programmé un rendez-vous pour le mois prochain, dans un CVE, pour une réunion d’information collective.
      Est-il vrai, comme elle me l’a dit, que l’on signe un contrat d’engagement à la fin de cette réunion, et que l’on est libre de le refuser ? Et si on le refuse, n’est-on pas radié ?
      D’autant plus, je compte créer ma propre société, et j’ai cru comprendre que ce profil ne rentrait pas dans le cadre des missions des CVE.
      Si quelqu’un peut m’éclairer, merci d’avance

    • Restez dans votre Merde

      Mais qu’est ce qui faut pas entendre !!! Le mépris de ceux qui se sentent au-dessus des autres parce qu’ils vont les "aider" me donne la nausée (oh merci mon bon seigneur).

      On va nous accompagner, nous coacher, nous expliquer comment c’est le monde du travail ou encore nous apprendre à rédiger un cv et une lettre de motivation. On va nous apprendre à se présenter ou même à écrire notre prénom.

      J’ai hâte d’aller à CVE je vais enfin retrouver du travail

  • Je suis dans le dispositif CVE pour 6 mois depuis le 21 Avril donc et ce jusqu’au 21 Octobre donc et cela se passe très mal.

    J’avais un rv pour un poste d’agent de propreté dans une cantine de collège je devai faire aussi la plonge et le service au self j’ai accepté le rdv entretien mais finalement après moult recherches j’ai changé d’avis et ne voulai pas ce poste donc pas allé à l’entretien, c’est la première fois que je procède ainsi qui n’est certes pas très honnete mais les employeurs eux à qui on a jamais une petite réponse ne serait ce que de refus quand on leur envoie sans arret des lettres, ils sont honnetes eux ?

    Bref suite à cet "incident" (la terre va s’arreter de tourner en effet) mon conseiller ( si on peut appeler ça comme ça j’emploierai plutot le terme de "pitbull") m’a littéralement "cassé" soi-disant que je ne fais que des gamineries et que je suis un gamin, pour lui le fait de ne rechercher que via le net faire des télécandidatures et envoyer de nombreuses lettres et CV ce n’est rien du tout et pour lui je donne "l’illusion" de chercher, il n’a qu’a passer chez moi ce brave homme pour voir si je ne fais que m’amuser.

    Il dit que je dois aller voir sur place ce que j’ai déjà fait sans pour autant que ça change quelque chose.
    Il dit que je suis trop difficile et que j’ai trop de barrière en clair "sois chomeur et ferme ta gueule tout ce qu’on te donne tu DOIS l’accepter" donc si demain je dois ramasser les merdes de chien ou nettoyer les chiottes des ouvriers je dois dire un grand "oui" gaiement et enthousiaste.

    Comme si ça ne suffisait pas il a prévenu le RMI ( qui ne me donne déjà que 144 euros par mois) et a menacé de les recontacter pour me le supprimer si d’ici 1 mois j’ai toujours pas trouvé (et si toujours pas trouvé d’ici 1 mois que dois je donc faire, aller voir les employeurs et les obliger à me répondre et à m’embaucher en leur mettant le couteau sous la gorge ?).

    Bref je ne me sens pas bien du tout et je suis dégouté, à ce niveau la c’est meme plus une pression exagéré de toute façon niveau pression j’en ai déjà assez c’est bon mais du harcèlement pur et simple sans compte les menaces concernant le RMI.

    En tout cas le CVE chapeau, si vous voulez vivre sous pression 24/24, vous faire descendre comme un mal-propre et dire le mot ’oui’ dans chaque réponse (étant donné qu’on ne peut pas dire non) et avoir un chien de garde qui est derrière votre cul en permanence et qui scrute tous vos faits et gestes alors signez ! vous ne le regretterez pas !

    • Au niveau du RMI, on ne peut vous chercher des noises que si votre contrat d’insertion stipule que vous devez chercher un emploi avec tous les moyens que l’Anpe peut mettre à votre disposition.

      Si votre référent RMI est aussi votre conseiller Anpe, faites effectivement attention. Si vous avez deux référents distincts, le conseiller Anpe ne peut que vous menacer et vous intimider.

      Par qui êtes-vous rémunéré si vous ne touchez plus qu’une petite partie du RMI ? le Cnasea ? faites attention, si c’est le Cnasea, ne quittez pas votre CVE, vous serez obligé de rembourser.

      Bon courage

    • Bonjour,
      Je suis rentrée dans un dispositif CVE le 10 juin J’ai accepté de signer le contrat de 6 mois avec eux parce qu’il paraît que je pourrais ainsi avoir accès aux offres cachées. Ne me demandez pas ce que sont ces offres et pourquoi elles sont cachées, je n’en sais rien encore si un jour j’ai la chance de le savoir. Toujours est-il que la première chose que l’on m’a proposée est une évaluation en milieu de travail de 2 semaines non rémunérée comme vous le savez. Toujours bien faire attention à ce qu’on dit à un conseiller anpe. En fait, il faut en dire le moins possible. J’ai parlé d’une entreprise près de chez moi qui m’intéressait chez laquelle j’avais déjà fait 2 candidatures très motivées à l’animateur ANPE qui gère ses recrutements et qui n’a jamais daigné me répondre d’ailleurs. Je mettais en avant qu’avec la formation de 2 mois que cette entreprise donnait en début d’embauche (j’avais assisté à une réunion) je pourrais parfaire mes connaissances en hotline et être opérationnelle. Et bien ma conseillère a contacté l’animateur en question pour concocter cette EMT sans aucune formation et sans aucune promesse d’embauche et même je dirais une promesse de non-embauche et de non-formation.
      Je devais prendre ma décision dans la minute qui venait. Elle était incapable de me donner les horaires, donc pas moyen de savoir si j’allais avoir des frais de garde (fillette de 9 ans, donc pas de nounou ni d’APJE de la CAF et horaires garderie très limités malheureusement), probablement que oui. Ne touchant que l’ASS avec une ASF de la CAF (total : 526 €/mois) je me voyais mal engranger des frais pour aller travailler gratuitement. En ajoutant à ma conseillère, et je fais comment moi pour chercher du travail pendant tout ce temps ? elle reste sans voix...
      Mais le problème n’est pas seulement là. De quel monde veut-on ? On veut un monde où chacun peut vivre dignement, sans se prostituer, dans le respect de ses différences. Cela exclut de se rabaisser à tout pour séduire un très hypothétique employeur. Ne serait-ce que par respect des autres chomeurs qui ont cette éthique et qui ne se vendent pas.
      J’ai malgré tout culpabilisé, pour ça ils y arrivent, de mon refus. Et j’angoisse un max en imaginant ce qu’on va me proposer la prochaine fois.
      En ce qui concerne les suivis, je déplore le formatage des demandeurs d’emploi. Bien sûr ces gens sont formatés et recrutent de manière formatée, ils faut donc correspondre à leur formatage. Nous ne sommes plus que des produits à vendre. Nous ne somme plus que des concurrents laissant de côté tous les plus différents, les plus fragiles... Il y aurait encore tant et tant à dire....

    • Bonjour, Je suis rentrée dans un dispositif CVE le 10 juin J’ai accepté de signer le contrat de 6 mois avec eux parce qu’il paraît que je pourrais ainsi avoir accès aux offres cachées. Ne me demandez pas ce que sont ces offres et pourquoi elles sont cachées, je n’en sais rien encore si un jour j’ai la chance de le savoir. Toujours est-il que la première chose que l’on m’a proposée est une évaluation en milieu de travail de 2 semaines non rémunérée comme vous le savez. Toujours bien faire attention à ce qu’on dit à un conseiller anpe. En fait, il faut en dire le moins possible. J’ai parlé d’une entreprise près de chez moi qui m’intéressait chez laquelle j’avais déjà fait 2 candidatures très motivées à l’animateur ANPE qui gère ses recrutements et qui n’a jamais daigné me répondre d’ailleurs. Je mettais en avant qu’avec la formation de 2 mois que cette entreprise donnait en début d’embauche (j’avais assisté à une réunion) je pourrais parfaire mes connaissances en hotline et être opérationnelle. Et bien ma conseillère a contacté l’animateur en question pour concocter cette EMT sans aucune formation et sans aucune promesse d’embauche et même je dirais une promesse de non-embauche et de non-formation. Je devais prendre ma décision dans la minute qui venait. Elle était incapable de me donner les horaires, donc pas moyen de savoir si j’allais avoir des frais de garde (fillette de 9 ans, donc pas de nounou ni d’APJE de la CAF et horaires garderie très limités malheureusement), probablement que oui. Ne touchant que l’ASS avec une ASF de la CAF (total : 526 €/mois) je me voyais mal engranger des frais pour aller travailler gratuitement. En ajoutant à ma conseillère, et je fais comment moi pour chercher du travail pendant tout ce temps ? elle reste sans voix... Mais le problème n’est pas seulement là. De quel monde veut-on ? On veut un monde où chacun peut vivre dignement, sans se prostituer, dans le respect de ses différences. Cela exclut de se rabaisser à tout pour séduire un très hypothétique employeur. Ne serait-ce que par respect des autres chomeurs qui ont cette éthique et qui ne se vendent pas. J’ai malgré tout culpabilisé, pour ça ils y arrivent, de mon refus. Et j’angoisse un max en imaginant ce qu’on va me proposer la prochaine fois. En ce qui concerne les suivis, je déplore le formatage des demandeurs d’emploi. Bien sûr ces gens sont formatés et recrutent de manière formatée, ils faut donc correspondre à leur formatage. Nous ne sommes plus que des produits à vendre. Nous ne somme plus que des concurrents laissant de côté tous les plus différents, les plus fragiles... Il y aurait encore tant et tant à dire....

    • ....Un peu plus d’un mois dans le dispositif CVE... Depuis mon refus d’EMT rémunérée 3 €/h pour l’employeur, voici les propositions qui me sont vu proposées : contrat d’avenir agent d’entretien (j’ai encore de l’espoir dans ma branche, je vis seule avec un enfant et je peux pas vivre avec un salaire de misère et n’accepterai qu’en dernière limite un de ces contrats aidés qui n’apporte ni ressources ni statut et où vous restez toujours sous surveillance), poste d’informaticienne (...je ne suis pas informaticienne ???!!!), poste en 5*8 d’agent de production, ben voyons je laisse ma fille seule la nuit, entre autres..., un autre poste basé à 85 kms de chez moi soit au moins 2 heures de trajet entre la distance à pieds jusqu’à la gare, le train, et le trajet encore jusqu’à l’entreprise en question, celle-ci n’étant pas si bête pour me recontacter, et tenez-vous bien la seule offre potable correspondant à mes compétences, un cdd de 2 mois, et bien elle en était tellement fière qu’elle me l’a envoyée 3 fois, et ptet qui sait, demain je la retrouverais encore dans ma boîte aux lettres... enfin bon, malgré une lettre très motivée réponse quand même mais négative... De mon côté, j’ai postulé à de nombreuses offres et je viens enfin de décrocher 2 entretiens avec 2 entreprises près de chez moi et intéressées par mon profil professionnel. Que demande le peuple ??? Qu’on lui fiche la paix, c’est assez dur comme ça !!!

    • Y’a quelqu’un ?!! Tout le monde a du boulot ? Personne n’est harcelé par l’anpe ? Et bien tant mieux !!!

    • Bonjour,

      Euh... ben, en ce qui me concerne, si, mais j’ai déjà témoigné.

      L’ANPE veut absolument me refourguer ses supers prestations. Après Cap vers l’entreprise dont je suis sortie après un mois grâce à AC ! (cf mon témoignage dans l’article), j’ai eu droit à une conseillère ANPE très pénible (je reste polie) qui m’a envoyée faire quelques ateliers dont un atelier vidéo plutôt mauvais pour le moral :
      - autocritique ("je suis une grosse daube, j’trouverai jamais rien !") et
      - critiques “constructives” venant des autres chômeurs ("ben oui, t’arriveras à rien avec cette tronche-là !") au programme.

      Encore un truc pour masos !

      Bref, la conseillère ANPE ne me suit plus, remplacée par une autre, plus sympathique pour l’instant, mais qui a tellement peur que je m’ennuie, qu’elle m’envoie faire une prestation : "Cible emploi" (par un organisme privé). J’imagine que ça sera du même tonneau que "Cap vers l’entreprise".

      J’entends d’ici les moralistes me dire que je devrais être super contente de me voir proposer ça. (Oh ouiiiiii ! Merci les amis ! Au moins, on ne me laisse pas seule dans mon coin.) À part que je préfèrerais qu’on me fiche la paix. Je sais chercher du boulot toute seule.

      Autrement, bon courage à tous et merci pour vos témoignages. Les agents n’ont pas le droit de massacrer les gens comme ça ! (Ouais, je sais, ils ne le font pas tous ! Ne vous emballez pas, agents de l’ANPE !) Mais je peux confirmer pour l’avoir vécu : la solidarité est l’arme la plus efficace pour ne plus nous laisser broyer.

      PS : Charpy devait donner à AC ! (entre autres) les conclusions de son rapport sur CVE en Novembre dernier. On l’attend encore...

    • Bonjour,
      Merci pour ton intervention. J’ai besoin de savoir si moi seulement souffre de ces méthodes, stressantes, déprimantes, infantilisantes et j’en passe.
      J’aimerais beaucoup connaître les conclusions de ce rapport si tant est qu’un jour il soit rédigé et diffusé. Pourcentage de radiations et de dépressions nerveuses par exemple... Pour ma part, après mes 2 entretiens suite à des candidatures hors cve, j’ai une grande chance d’être embauchée fin août. On croise les doigts. Probablement qu’il y aura récupération dans les statistiques du succès de mes démarches personnelles.
      La dernière, on a annulé mon rendez-vous avec ma conseillère par téléphone (numéro anonyme et en dehors des heures d’ouverture de l’anpe). Je trouve sympa de nous prévenir mais il faudrait le faire autrement, minimum un mail pour garder une trace écrite. (En effet, j’ai déjà failli être radiée à cause de la mauvaise foi de l’anpe : coups de téléphone, mails et lettre explicative non reçus... Il faut déjà le faire exprès pour ne pas avoir noté en temps et heure que je ne pouvais pas venir à un entretien faute de véhicule et de bus pour m’y présenter - 25 kms de chez moi à l’époque - depuis toutes les communications sensibles que je dois faire à l’anpe se font par LRAR). J’ai lu des témoignages de personnes radiées à la suite de ce genre de rendez-vous annulés à la dernière minute par téléphone. Aucune trace aucune preuve.
      Voilà, pour moi espoir de travailler dès fin août.
      Bon courage et bonne chance à vous tous aussi.

    • ....Voilà donc je m’y suis présentée à ce rendez-vous et demandé tampon, date, heure et motif... Avec l’anpe et ce qu’on risque, il vaut mieux prendre ses précautions. Autrement j’aurais beaucoup d’autres témoignages concernant l’anpe (menace de radiation pour non présentation à une convocation jamais reçue, suivi individuel réalisé dans des conditions déplorables, 3 intervenants différents avec méthodes différentes, excuses finalement de l’organisme et non radiation mais il a fallu tout expliquer par LRAR, etc.), ou l’assedic (temps de traitement d’une activité temporaire par exemple qui nous prive de longues semaines de tout moyen de subsistance)..... Voilà, alors je souhaite à tous beaucoup de courage dans cette dure épreuve.

    • Moi aussi je suis suivie depuis janvier par ce système et franchement c’est la cata !!! Déjà ils font rien de concret pour nous aider à part nous fliqué et nous infantilisé : vous exprimez mal, vous parlez mal le francais (alors que je suis francaise...)vous avez un comportetement enfantin et vous vous assumez pas, vous savez pas chercher du travail hein quoi comment ? vous envoyer que des cv et des lettres de motivations ? oui madame que puis je faire d’autre ???
      Voici quelques une des perles de la chère et tendre Mme Aucher (cap vers l’entreprise ivry sur seine).
      Voilà ce qui vous attends avec ce système alors n’y mettez pas les pieds car ils font vraiment rien pour vous aucune aide sauf vous detruire le moral et j’en sais quelque chose.

    • Bonsoir, je ne comprends pas pourquoi ces fameux conseillers qui prétendent vouloir aider les chômeurs ne se rendent pas compte que beaucoup d’entre eux angoissent à l’idée de les rencontrer. L’angoisse de se voir proposer n’importe quoi sauf du boulot. Des 5*8 à une personne seule avec son enfant ou des emplois à plus de 80 kms à une personne sans véhicule, ou des contrats aidés avec encore suivis et statut social ras la moquette, des emt ou emtpe, des ateliers de tout et de rien surtout. Ma conseillère m’a refilé des guides qui datent de méthusalem avec conseil de dactylographier son cv, quelle bonne blague !!! Rien que je n’ai déjà lu depuis ma sortie du lycée il y a bien longtemps.... Ils essaient d’y croire, de faire porter le chapeau au chômeurs de leur échec (il en faut bien des gens qui échouent puisqu’il n’y a pas assez de boulot pour tout le monde), parce qu’imaginez s’ils se remettaient en question, comment pourraient-ils continuer d’exercer ? Tout leur petit monde s’écroulerait..... Pour ma part j’ai trouvé un emploi de quelques semaines en août et septembre, grâce à mes efforts, mais je dois avouer que lorsque j’ai un contact avec l’anpe, je perds le goût, la force, l’envie de me battre.

    • ...Ma conseillère de CVE vient de rentrer d’un congé maladie, nouvelle proposition : RMA, et voilà ça continue........ Que voulez-vous qu’une femme seule avec un enfant fasse avec ça ???

    • Bonjour, au chômage depuis 1 an 1/2, à mon tour je vais raconter ma petite histoire.
      Au départ, pas d’entretiens ANPE pendans les 3 premiers mois, après 2 entretiens bateaux de l’ANPE je trouve un emploi rémunéré au SMiC à 80 Kms A/R de mon domicile. Convaincu que le mérite est reconnu, j’enchaîne Intérim et CDD dans la même boîte, j’ai même l’occasion de former du personnel, puis fin de CDD je me fais lourder (et remplacé par les gens que j’ai formé...).
      Du coup retour à l’ANPE (après un procès gagné bien entendu), ou j’aborde le thème du Bilan de Compétences, ma conseillère le note pour le mois suivant. Le mois suivant, dégoutée de me revoir cette conseillère m’oriente vers la prestation CVE, je lui réclame un BCA (profil atypique en province ..) ce dont elle se fout "Ecoutez, la liste de partenaires BCA n’est pas défini, c’est le CVE ou rien..."
      Génial, au point ou j’en suis c’est déja ça de gagné me dis-je.
      Et là commença la déchéance,
      1er RDV => Je lui expose que je ne sais plus vers quel poste me positionner
      Réponse : Des ateliers (supervisé par un professionnel de la sieste) ou on remplit des cahiers avec des questions types "Si vous étiez un arbre...".. Aucune intervention du professionnel...
      2nd RDV => On fait le point sur les ateliers, je lui explique que ça n’a eu aucune finalité, elle s’en fout
      3ème RDV => Après s’être échangé pléïade de mails ("Vous faites quoi ?","Vous en êtes ou ?") on refait un point ou elle me donne sa définition d’offre valable (160 bornes A/R, 2h30 de route, au smic), bien entendu, informé je lui rétorque la version officielle (30Km ou 2h en transport en commun) ce sur quoi elle me libère
      4ème RDV => 2H30 de harcélement, "80 Kms c’est rien..."
      Je lui expose des pistes nécessisant formation, voici mes réponse :
      Informatique (maintenance domestique depuis 15 ans)=> Il n’y a pas d’offres donc NON
      Comptabilité (13 mois d’expériences) => Pas assez de poste donc NON
      Commerce => Vous n’êtes pas CREDIBLE..
      La seule chose que j’ai pu avoir c’est une explication de l’AFPE et des EMT afin que je puisse aller me former à l’oeil dans des boîtes pour qui je travaillerai à l’oeil (bien entendu les mails ont recommencé...)
      Allez, pour le fun je donne mon profil : Bac S, BTS dans le secteur commercial, 3 ans d’exp en tant qu’agent de maîtrise, 1 an 1/2 dans la gestion.
      Je postule au smic (voir même du mi temps) car respectueux de la valeur travail, mais ce que j’avai pas prévu c’est que l’ANPE me couterais une psychanalyse (le "vous n’êtes pas crédible" résonnant encore dans ma tête). Mais bon tout ça c’est normal....

  • je me suis moi aussi tombée dans les filets du dispositif CVE... je n’ai eu que 2 entretiens qui se sont plutôt mal passé. Mais laissez-moi planter la situation pour que tout le monde comprenne bien : au chômage depuis 6 mois, j’ai déjà réalisé un bilan de compétences qui m’a permis de mieux comprendre mon "offre de services" (puisque nous les chômeurs sommes des "offreurs de services" !),d’élargir et de mieux cibler mes recherches. Ca a été plutôt bénéfique au niveau de la confiance en soi et de savoir comment me diversifier, (c’est vrai que c’était un cabinet privé avec des humains en face de moi : des personnes capable d’écoute !). Toujours est-il que cet été j’en étais à 6 mois de chômage, une cinquantaine de candidatures envoyées, 6 entretiens et un presque CDD !!! je dis "presque" parce que la période d’essai n’a pas été concluante et que le CDD au lieu de durer 5 mois a duré 3 semaines !!! Voilà qui a fait de moi la candidate parfaite au CVE....

    Je me dis pourquoi pas !!! Et voilà que je me trouve en face d’un gars qui sautille sur sa chaise en permanence, me crie dans les oreilles que lui vient du privé et qu’il faut pas la lui faire, qu’il faut que je me bouge, que bon, le bilan de compétences c’est bien joli mais que les psychologues du travail qui font ça ne sont absolument pas au courant de la réalité du monde du travail, que je ne trouverai pas de boulot comme ça et, que lui, me parle aussi crûment pour que je prenne conscience qu’il faut que je me bouge !!! Je sors un peu écoeuré et totalement démoralisée : en gros ça fait 6 mois que je perd mon temps à chercher dans la mauvaise direction (oui, il m’a aussi dit que je faisais fausse route avec l’élargissement de ma recherche - l’assistanat de direction). Cette personne a daigné jeter un regard de 30 secondes à mon CV, ne m’a absolument pas demandé quelles avaient été mes démarches jusqu’à présent et quel était mon analyse de la situation ! non, a lieu de cela, il a conclu que je ne connaissais rien aux métiers que je recherchais (pour info assistante de direction/chargée de comm/ chargée de projets) parce que je n’avais soi-disant aucune idée de ce qu’était ces métiers (que j’exerce depuis 10 ans, de manière épisodique malheureusement, étant donné l’époque à laquelle on vit !!!!)... le deuxième entretien s’est révélé encore pire : il m’a poussé à bout en me traitant (à mots couverts toujours !) d’incapable, que j’allais droit dans le mur, que je n’étais absolument pas prête pour un entretien, que c’était un peu normal que j’en sois là vu mon parcours... mais que, heureusement !!!! j’ai réagi à temps en acceptant le CVE !!!! Il m’a proposé 2 offres ! alors que j’en avais trouvé par moi-même une dizaine !! et m’a dit qu’il me recontacterai s’il avait du nouveau, sans oublier de me demander de remplir la petite grille de flicage pour savoir si j’envoyais bien des candidatures !!! N’oublions pas non plus le discours sur les prétantions salariales : il veut que j’accepte une baisse de salaire de plus de la moitié de ce que je gagnais dans mon dernier poste (et il fait la sourde oreille quand je lui explique que je ne peux pas étant donné que je suis seule avec 2 enfants !!!).

    je suis écoeurée par ce système qui nous prend pour des incapables !!! est-il possible d’en sortir. je me débrouille mieux toute seule ! c’est déjà pas facile de garder le moral, mais si en plus tu as un type qui te traites comme une merde, alors là tu dérapes vite vers la déprime !!!

    • Rien d’étonnant à ce que ton conseiller ANPE tente de décredibiliser ton BCA, puisque le CVE est la réponse ’low cost’ de l’ANPE au coût exorbitant des prestataires extérieurs.

      L’énorme différence c’est que l’intervenant du BCA prend tes désirs en compte, le conseiller CVE lui ne raisonne qu’en terme d’emploi en tension (en gros si il n’y a que des offres dans le domaine de la pêche au moules, et bien ton profil sera analysé par lui comme idéal pour la pêche aux moules...)

      Reste sur la dynamique que t’as insufflé ton consultant BCA, ton conseiller sera obligé de s’y faire, même si à chaque entretien il essaiera de te prouver le contraire.

      Le CVE c’est un peu comme si on étais obligé d’aller voir une fois par semaine un vendeur de volet (le style qui bloque la porte avec ses pieds, qui te tannent pendant des heures jusqu’a que tu signes...). Au lieu de voir ce vendeur une fois pendant 6 heures, on le voit 6 fois pendant une heure (je donne des chiffres aléatoires ;))
      Allez Bon Courage !

    • La lecture de vos messages est loin de me laisser indifférente. Tout ce qui ressort dans le dispositif de CVE est loin de correspondre aux attentes du demandeurs. En effet, il semble que les conseillers n’ont aucune compétences en matière de psychologie de travail. Accompagner un demandeur d’emploi c’est l’appuyer dans ses démarches de recherche d’emploi en le conseillant et l’aidant à mettre en place une stratégie autour des thèmes tels que la rédaction du CV, la lettre de motivation, l’entretien d’embauche.
      Je ne suis pas persuadée que le conseiller puisse contribuer à notre intégration en faisant les démarches (envoi CV+lettre de motivation) à notre place ce qui forcément nous rend moins crédible envers les employeurs et nuit à notre propre estime. J’ai moi même, il y a 2 ans, bénéficié d’un accompagnement à la réalisation d’un projet professionnel au sein d’un cabinet de conseil privé par le biais de l’ANPE pendant 3 mois. Ce dispositif m’a permis de mieux me connaître et d’identifier un poste correspondant à mon profil. Afin de le réaliser j’ai suivi pendant un an une formation professionnel diplomante de niveau II. Aujourd’hui après l’obtention de mon diplôme complété par une période de stage, je suis depuis 7 mois à la recherche active d’un travail. J’ai multiplié mes démarches : agences intérims, salons de recrutement, publication de mon CV sur de nombreux sites internets....une centaine de réponse à une offre et une dixaine de candidatures spontanées, réseaux de relation....et seulement 6 entretiens non concluants. J’ai accepté de bénéficier d’un accompagnement à la recherche d’un emploi durable avec un conseiller de Cap Vers l’Entreprise mais mes sentiments sont partagés.

    • Je viens de lire avec attention les messages de chacun, et je peux vous dire que je suis dégoutée de cet accompagnement. C’était limite du harcellement !! Lorque je suis arrivée, la conseillère cap vers l’entreprise m’a pris de haut, genre t’es une débile detre là !! Très sèche elle a regardé mon cv, et m’a dit en gros que c’était de la "merde", et qu’il fallait que je le retravaille. Je veux bien mais jai quand meme une certaine expérience, je travaillais avec des étudiants pour leur faire leur cv à l’université (accompagement étudiant). Je l’ai refait pour lui faire plaisir, avec une amie qui travaille aussi pour l’anpe (dans un autre cap vers l’entrepris), quand elle l’a vu, elle allait m’assassiner mais je lui ai dit d’emblé que je l’avais retravaillé avec ma meilleure amie qui travaillait avec elle de tmps en tmps. Eh bien là elle a changé de comportement, elle était toute douce, toute gentille. Je trouve ça honteux. Il faut faire jouer ses relations pour etre bien traitée !!!

      Ensuite les rendez vous étaient de plus en plus souvent, et je me suis retrouvée à avoir HONTE !!!! de ne pas trouver du boulot. Elle m’infantilisait, j’angoissais à chaque rendez vous, une HORREUR. Pour finir, elle ne me trouvait pas de travail donc m’a inscrite chez ADECCO qui en 2j m’a trouvé du boulot. Merci l’ANPE !!!!

  • Bonjour à tous,

    Effectivement les propos de certaines personnes sont bien loin d’être exagérés. Tout est vrai. C’est à croire que les agents reçoivent les mêmes directives. Ce dispositif est une honte. L’objectif est bien de dégraisser le nombre de demandeurs d’emploi. Etant donné la manière dont on est traité, il est certain que beaucoup de personnes ne reviennent plus au bout de plusieurs entretiens. Ceci a pour conséquence de se retrouver radié de la liste des demandeurs d’emplois. Faisant parti du dispositif à mon plus grand regret, je souhaite beaucoup de courage aux prochains "volontaires".

    • Bonjour moi j’ai juste un rendez vous pour une réunion d’information mais je ne veux pas continuer a y aller est ce que c’est une obligation ?

    • Bonjour,

      je suis moi aussi convoquée à la réunion de présentation, pouvez vous me dire la durée de cette dernière ?
      merci

    • Pour info, la réunion a durée environ 30 minutes et je n’ai pas adhérent à la proposition

    • J’ai eu aujourd’hui ma réunion de "présentation" (env. 20 minutes) :
      « Ici on va vous aider à trouver du travail, en procédant selon 3 points : vous (qualités, défauts, motivations), votre cible (secteur, poste, lieu) et la méthode (courrier, mail, rappel au tel...).
      Rythme prévu : entretien d’une heure toutes les deux semaines. »

      J’ai finalement refusé la "proposition" de CVE, me sentant parfaiement autonome dans ma recherche et ne voyant absolument pas ce qui servait mon intérêt dans cette démarche on ne peut plus classique.

      Pourtant lors de l’entretien perso qui a suivi la présentation, la conseillère a lourdement insisté, en affirmant une chose et son contraire et en alternant la menace et la séduction dans son discours.

      Extraits choisis d’un entretien qui a duré une dizaine de minutes :
      - “Le CVE c’est un suivi renforcé, un conseiller vraiment là pour vous” [...] “C’est la fréquence des entretiens qui vous gêne ? Vous habitez loin ? Car on peut le faire par téléphone et ça peut ne durer que 10 minutes.
      = c’est tout et n’importe quoi du moment que j’y souscris en fait.

      - “Vous pensez vraiment que dans 3 mois vous aurez retrouvé du travail toute seule ?

      - “Je ne vous cache pas qu’on a besoin d’étoffer un peu nos dossiers.
      Oui c’est plutôt ça en fait, et ptê même une prime si je retrouve du boulot non ?

      - “Vous touchez des Assedic ? Parce que je sais pas si ça va pas vous radier de refuser le CVE...
      = si tu sais pas j’ose espérer que ce sont des menaces en l’air.

      - “Bon je note que vous refusez la prestation, et je ne mets pas de motif (mes arguments étant irrecevables pour elle), je sais pas si ça va passer mais bon, puisque vous avez l’air fermée à la discussion...

      Moi au final j’appelle pas vraiment ça un choix, j’imagine que 90% des gens doivent craquer, et c’est une honte de procéder ainsi.

      J’appelle ma conseillère régulière demain car mieux vaut prévenir que guérir si risque de radiation il y a...

  • Dispositif super. rétissant au départ et puis finalement l’équipe CVE m’a permis de cibler mes compétences, mon projet professionnel et me donner des offres correspondant à mes attentes. j’avais besoin d’un petit coup dans le derrière qui a été frutueux. merci à ce dispoitif et enfin l’ANPE c’est donné des moyens.

  • Bonsoir à tous,

    Je viens de lire tous les messages postés sur ce sujet et je me demande si je fais bien d’accepter ce type d’accompagnement...Vous n’êtes pas rassurant "mes amis".

    Mon profil : 15 années d’expériences dans le secrétariat, niveau Bac G1.

    Je m’interroge sur la nécessité de se faire "enguirlander, rabrouer, rabaisser, humilier etc.." par des "incompétents"...

    Hormis un message "positif" sur ce site, existe-t-il d’autres témoignages "agréable à lire" ?

    Merci d’avance.

    Une future chômeuse "à briser"

  • Bonsoir à tous,

    Moi j’ai rendez vous demain pour ce fameux CVE jusqu’à présent je ne savais pas à quoi m’attendre mais la je suis pas vraiment rassurée.

    Je viens de quitter un CDI (oui je sais c’est une honte mais je part de cette entreprise avec antidépresseur et somnifére c’est ce qu’on appelle aujourd’hui les plate forme téléphonique)

    Je n’ai pas pour habitude de me faire dicter ma conduite par pole emploi ni mes recherche.
    Je viendrai vous informer de cette fameuse réunion demain aprés midi.

    Cordialement

  • Cap vers l’entreprise n’existe plus. Ouf ! Mais rassurez vous PE va vous proposer des stages de formation " pour trouver un emploi" tout aussi efficace dans des organismes privés afin qu’ils puissent se faire des c.......s en or. Ils ont raison : aucun contrôle , c’est le contribuable qui paye !

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.