AC ! Réseau - Agir contre le chômage et la précarité

Accueil > Contrats "aidés" : CAE, contrat d’avenir... > AVS : les contraintes du salariat, plus les inconvénients du chômage (...)

AVS : les contraintes du salariat, plus les inconvénients du chômage ...

et puis quoi encore ?

mardi 21 janvier 2014, par AC ! Ile de France

Ce tract a été diffusé ce 21 janvier lors d’une convocation collective obligatoire à destination des précaires en CUI dans les établissements scolaires de la région parisienne. Profitons de ces convocations qui ne nous apportent rien, pour échanger sur nos droits, nous rencontrer et nous regrouper.

Contactez nous pour participer à la journée d’action du Mercredi 02 Avril 2014

Quel salarié trouverait normal d’être officiellement considéré comme un futur chômeur, sans espoir de pérenniser son emploi ?

C’est pourtant ce qui arrive aux EVS /AVS quotidiennement : à peine entrés en contrat, nous sommes déjà convoqués pour des réunions obligatoires faisant partie d’un « programme de retour à l’emploi ».
Nous sommes salariés, nous effectuons des tâches nécessaires au sein de l’Education Nationale, tâches qui loin d’être temporaires, sont essentielles à la bonne marche des établissements, mais nous ne sommes pour notre employeur, l’Etat que des chômeurs en devenir.

Notre contrat de travail met en avant le I d’Insertion : mais de fait, le signer, c’est acter notre désinsertion dans deux ans, quel que soit notre intérêt pour le travail effectué, notre intégration au sein des établissements, et l’intérêt des autres personnels , des enfants, et des parents . Si l’Etat a fait quelques promesses pour d’autres catégories de personnels précaires ( très limitées et non tenues pour le moment ), en ce qui nous concerne, c’est la banalisation de la précarité totale.

Nous avons été chômeurs de longue durée, nous avons été au RSA, on considère donc que c’est nous faire une énorme « faveur » que nous proposer un emploi à durée déterminée. Proposer est d’ailleurs un bien grand mot, puisque souvent nous sommes recrutés au terme d’une ou deux réunions d’information , pendant lesquelles on nous explique qu’un refus nous vaudrait radiation des allocations. Et nous nous retrouvons du jour au lendemain, sans aucune formation, à devoir exercer correctement un emploi auquel nous ne connaissons rien.

D’ailleurs la formation obligatoire aux termes du contrat , nous ne la verrons que sur le papier : dans toute la France, des décisions de justice donnent raison aux précaires qui contestent cette absence de formation devant les prud’hommes, mais l’Education Nationale continue à ne pas respecter ses obligations légales.

Notre employeur, l’Etat, doit choisir : si nous sommes des chômeurs en sursis, alors qu’il maintienne le cumul de nos allocations et de notre maigre salaire. Si nous sommes des salariés, alors qu’on nous donne les moyens de vivre décemment de notre travail, au lieu de nous maintenir dans un statut précaire et avec un salaire qui nous laisse largement en dessous du seuil de pauvreté.

Dans tous les cas, ne nous laissons pas faire, ne restons pas seuls, ne nous laissons pas stigmatiser : l’emploi que nous exerçons est nécessaire et utile, ce n’est pas un cadeau qui nous est fait, nous sommes des salariés comme les autres.

Exigeons ensemble

  • Le respect de notre droit à une vraie formation correspondant à nos besoins
  • La titularisation de celles et ceux qui le souhaitent dans leurs fonctions
  • Un vrai salaire qui nous permette de vivre correctement

ac.iledefrance@gmail.com

Messages

  • Bonsoir !
    Nous sommes TOTALEMENT en accord avec vous, nous-même sommes en ce moment dans une dynamique de rassemblement national. Nous pourrions "travailler" ensemble ....
    [fond rouge]• AVEC LES COLLECTIFS DE FRANCE ET D’OUTREMERS,
    VENEZ NOUS REJOINDRE ......
    • MOBILISATION NATIONALE DES AVS ET DES EVS !!![/fond rouge]

    Voici le mouvement sur Faceboock :
    https://www.facebook.com/events/1513758122183045/permalink/1513773822181475/

    À très bientôt, nous l’espérons !
    Collectif31
    Collectif49

    • Bonjour ! Hélas pour moi je découvre votre forum trop tard ! hé oui après deux ans de bons et loyaux services, je viens donc de me retrouver au chômage , contrainte et forcée bien sur ! je dois vous dire que j’ai adoré mon travail, que les deux enfants que j’ai dû laisser, n’ont pour l’instant personne. Déficients intellectuels tous les deux j’étais vraiment une aide essentielle dans leurs activités scolaires, les parents sont consternés, surtout que le deuxième m’a été attribué au mois de septembre pour donc 4 mois j’étais la quatrième AVS de Gabin et l’on arrête mon contrat sans aucun problème. Mais à quel moment prend t’on les enfants en considération dîtes moi !!! alors que (malgré un salaire de misère !) je me suis complètement investie sentant que j’avais trouvé CE pourquoi j’étais faite. Car, comme le citait une maman sur un autre forum, ce métier n’est pas ouvert à TOUT LE MONDE, j’ai découvert que la patience, la psychologie, la compassion étaient des atouts fondamentaux pour s’occuper d’enfants autistes. Que j’étais devenue un réel soutien pour l’équipe pédagogique. Pourquoi, aucune solution n’est trouvée lorsque tout devrait l’être, en prenant en compte le confort de l’enfant et la sécurité du travail pour l’AVS. C’est dément !!! Quant en plus après m’être déplacée , avec un des papas à l’inspection académique de Marseille, il nous a été répondu que malheureusement c’était comme ça et qu’ils avaient leur "quota". Nous on voulait surtout parler d’enfants, mais nous n’étions vraisemblablement pas sur les mêmes rails ! Une autre aberration concernant les allocations chômages. Celles-ci pour l’instant ne me sont pas attribuées, car vu mon âge je dois faire une demande retraite (que je ne peux pas prendre, annuités obliges) ceci va prendre plusieurs mois m’a dit la caisse de retraite avant de traiter mon dossier, ce qui fait que dés février je ne toucherai plus RIEN. Mais comment fait-on pour vivre ??? je pense ne pas être seule à subir cette aberration. Non seulement on m’enlève un métier que j’adorais, mais en plus je sais aujourd’hui que les prochains mois vont me mettre en détresse de vie à tous les niveaux. JE SERAIS TRES RECONNAISSANTE A TOUS CEUX ET CELLES QUI VEULENT SE SOLIDARISER DE ME CONTACTER. Sachez quand même qu’avec l’aide de mon député maire nous avons écrit au ministre de l’éducation. Nationale, Franchement, comme lui, je reste très suspicieuse quant à une réponse. La secrétaire du député ne m’a laissé que peu d’espoir. Mais même maintenant, je suis prête à reprendre un combat qui me paraît plus que légitime. Merci de me répondre ! guadagnini@orange.fr je vous attend !

    • Une info importante : Vous devez percevoir les allocations chômage jusqu’au moment où vous pouvez percevoir la retraite à taux plein. Pôle emploi ne peut pas supprimer les allocations avant. Vous n’êtes pas obligée de liquider votre retraite si vous n’avez pas le nombre d’annuités pour prétendre à une retraite à taux plein.

    • Demandez à Rose du site recours radiation de vous aider, elle a déjà eu des cas similaires.

      http://www.recours-radiation.fr/

      J’avais vu sur ce site des histoires similaires, j’y ai donc retrouvé ceci :

      http://www.recours-radiation.fr/observatoire_pole_emploi/topic2747.html#p30948
      En suivant ce lien, vous allez tomber sur un message expliquant le problème et ce qu’il faut faire ; l’intervenant s’appelle "email" son message date du 25 mai 2013.

      Il faut savoir que Pôle Emploi suspend l’ARE tant qu’ils n’ont pas reçu une notification de rejet de retraite à taux plein de la Cnav

    • Bonjour !
      Je pense que tu n’as pas compris notre message, il n’y a pas de luttes corpo dans notre volonté de nous rassembler, ce rassemblement des AVS et des EVS est essentiel pour peser lourd dans la balance et établir un rapport de force contre les différents gouvernements qui nous méprisent et nous ignorent. Nous sommes toutes et tous isolé-e-s dans nos établissement scolaires sans passerelle des un-e-s vers les autres.
      Nous appelons tout ceux et celles qui se sentent concerné-e-s et qui veulent lutter avec nous de se regrouper pour faire des actions, des rassemblements, des manifs, des grèves : les mouvements de chômeurs, les associations contre le chômage AC !, actu-chômage, MCPN, etc., les collectifs, les syndicats, les particuliers, les travailleurs, tous métiers confondus, les chômeurs, les retraités, les mouvements politiques, etc. Pas de réponses, ou bien trop peu. Comme quoi personne ne s’intéresse à ce qui se passe à côté de chez soi alors que tout le monde est concerné.
      https://www.facebook.com/events/1513758122183045/?ref_dashboard_filter=calendar

    • Bonjour, je viens de lire sur le blog d’agir contre le chomage. Je viens d’apprenf-dre ce matin que je suis virée, oui c’est ainsi que je le ressents. Au bout de 5 ans de CDD consécutifs, on me montre la porte, "il faut laisser la place aux autres". Et si moi je n’ai pas envie de la laisser ma place, c’est pareil allez, au chomage !!!
      J’ai écris partout au préfet, aux responsables des AVS à l’inspection académique les parents de l’enfant que je suis depuis 3 ans ont écrit, la directrice de l’école maternelle a écrit en expliquant la situation d’une enfant lourdement handicapée, habituée a travailler avec moi depuis 3 ans, car elle ne parle pas, ne marche pas mais a toute son intelligence, bref, il faut une certaine expérience pour pouvoir la comprendre et interpréter ce qu’elle veut dire et signifier. Mais tout ça passe à la trappe du renouvellement des contrats aidés. Nous lui attribueront une auter personne et tout ira bien dans le meilleur des mondes de l’éducation nationale. Au revoir madame, y’a plus rien à dire........

    • bonjour,

      Je compatis. Je comprends. Je suis AVS. Cela fait 15 ans que j’enchaîne les contrats précaires de 6 mois en 6 mois avec période de chômage obligatoire .... 670 euros par mois c’ est impossible sans mon mari qui paye la voiture, l’assurance et hier les réparations (350 €) ... je dis qu’il me subventionne ... j’ai l’impression d’être retournée en arrière ... où est mon autonomie ??? Et je ne dois rien dire, j’ai de la chance, moi, j’ai un mari ... gnagnagna....
      Je souhaite ajouter que, comme bcp de contrats aidés, je suis travailleur reconnue handicapée, ça ma fait une belle jambe !!!
      Bref, je suis en colère comme tous les Avs et autres personnes qui ont des contrats pourris. Je pense notamment aux personnes qui font le ménage.... des dames souvent de plus de 50, reconnues TH (une aberration de plus.) UNISSONS NOUS . SORTONS TOUS EN MEME TEMPS DANS LA RUE. Imaginez tous les contrats précaires en grève ... ENORME.
      Je pense à vous

  • Bonjour,
    je ne sais pas où poster ma question...
    je la poste ici, en m’excusant d’avance si ce n’est pas le bon endroit....

    Je suis AVS depuis oct 2013. j’ai passé l’admissibilité d’un concours et je passe l’admission en juin.

    AI-JE DROIT A DES JOURS DE "REVISIONS", des jours "non travaillés" avant le jour J ?

    si oui, comment y avoir recours ?

    Merci,
    M.

  • Bonjour,

    J’ai une question à propos du rôle d’AVS, j’ai lu les autres articles mais je ne sais pas où poser ma question.
    J’ai signé un contrat de 20h début septembre dans un lycée agricole. La MDPH m’attribue 12h avec l’élève. Il reste donc 8h à boucher avec divers tâches. Je fais donc 2h de soutien avec deux classes et le proviseur m’a placée sur le cours de PSE pour les 3eme et 4eme. Mon contrat arrive donc à 16h/semaine. Le problème c’est que les cours de PSE sont des heures vacataires ( à mini 22e /h comme une prof quoi) qui ne me sont pas payées en tant que telles (au smic pour moi puisque le proviseur les comptent dans mon contrat). Plusieurs personnes m’ont dit que ça n’était pas normal, moi même ça me met dans l’embarras mais je ne savais pas au moment de signer que ça n’avait rien à voir niveau salaire/responsabilité. Bref, est-ce que je suis en droit de refuser de faire ces deux heures de cours ? Et quand est-il de mon contrat qui n’atteint pas 20h ?
    Merci de m’avoir lue

    • Bonjour,

      Voici le descriptif des tâches précises :
      Accompagnement et suivi personnalisé d’un élève (troubles de l’apprentissage). Présence et soutien en classe lors de certains cours et éventuellement en étude.
      - Intervention au près des élèves, en concertation avec les divers enseignants et l’équipe vie scolaire.
      - Activités pédagogiques complémentaires en lien avec la vie scolaire de l’établissement ( notamment prévention santé environnement en cycle d’orientation collège). = pour le coup préparation et cours pour les 4e et 3e
      - Participation aux réunions
      - Gestion des tâches administratives afférentes et compte rendu d’activités.

      La tâche n’est pas mentionnée comme de l’enseignement sur le contrat mais s’en est, c’est de l’économie familiale. Est-ce que le fait que cela soit sur mon contrat fait que je ne peux plus refuser ?

    • Activités pédagogiques complémentaires en lien avec la vie scolaire de l’établissement ( notamment prévention santé environnement en cycle d’orientation collège). = pour le coup préparation et cours pour les 4e et 3e

      Activités pédagogiques complémentaires, pour moi, cela ne peut pas vouloir dire cours avec préparation, puisqu’il s’agit d’un activité complémentaire à un cours.
      Si j’étais vous, je négocierais
      - soit un paiement d’heures supp’ à hauteur du complément de salaire entre votre salaire horaire au SMIC et les 22€/h des vacataires (logique, puisque vous préparez les cours),
      - soit une diminution du temps de travail qui couvre les préparations des cours et correspond à la différence de salaire si vous perceviez 22€/h.
      Vous pouvez aussi refuser de donner ces cours, si cette activité correspond effectivement à un cours avec préparation.
      Votre statut et votre salaire ne prévoient pas d’enseignement.

    • Merci Monique pour votre réponse rapide. Je vais voir mon proviseur pour lui en parler dès demain, je me sens plus sûre de moi maintenant ! Bonne fin de journée

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.